Suivez Pascal Gannat sur Twitter
Page Facebook Pascal Gannat

 Nous condamnons évidemment les actes de vandalisme sur un car de transport régional et les portes de l’Hôtel de Région. Mais la droite régionale est-elle crédible, en protestant contre ces violences et ces dégradations ?  

 

Les dirigeants régionaux de LR n’avaient pas été gênés, le 31 mars dernier, par la manifestation de l’extrême gauche et des clandestins, à Nantes, où certains de ces activistes des « droits de l’homme » étaient armés de pieds de biche, ni par le blocus de l’université de Nantes, toujours par les mêmes. La majorité régionale a  refusé de voter le vœu du groupe FN-RBM conditionnant les subventions régionales aux Universités à la bonne tenue des cours et à la sécurité des étudiants. C’est là une indignation à géométrie variable.

 

L’attitude de Laurence Garnier, vice-présidente du Conseil régional, est à ce titre assez emblématique. Prétendant être chef de l’opposition « de droite » à la mairie de Nantes, elle soutient cependant la politique municipale de logement des clandestins dans les EPHAD. En votant au Conseil Municipal de Nantes les subventions de la gauche pour toutes les marginalités, la droite LR accroit les causes de cette violence :  ignore t elle que cette politique crée un appel d’air supplémentaire pour l’immigration clandestine génératrice de davantage de violence et de misère urbaine, tant pour les nantais que pour les migrants. Est-ce un gage donné à LREM en vue des prochaines municipales ?

 

Une telle absence de logique politique disqualifie cette indignation de circonstance sur les Zadistes.

 

Groupe FN-RBM

Conseil régional des Pays de la Loire


  

13/04/2018

Dégradations de l’Hôtel de Région : Indignation à géométrie variable de la Droite Régionale