Suivez Pascal Gannat sur Twitter
Page Facebook Pascal Gannat

Une bande d'une douzaine de jeunes gens cagoulés armés de battes de base ball en expédition punitive dans un lycée de Nantes.

Mais chut, pas d'affolement c'est presque normal.


« Nous condamnons ces faits », explique-t-on sobrement au rectorat : il "faut garder la juste mesure des choses". "Il n'y a eu aucune blessure grave".


Non c'était simplement un règlement de compte entre bandes rivales dans un lycée. Sans doute une simple et ordinaire affaire de trafic de drogue.


Mais officiellement il "faut garder la juste mesure des choses". Pour ne pas dire qu'elles sont gravissimes.

En ne nommant pas les choses, on les favorise.


Bruno RETAILLEAU a gardé un silence prudent : il sait très bien que le Conseil Régional finance les lycées, mais il ne veut pas être obligé de dire que dans certains quartiers des bandes ethniques, car c'est de cela qu'il s'agit, font des lycées des zones de trafic et de non droit. Politiquement correct, il a adopté le langage de l'idéologie dominante. Celui de la classe dominante.


Il est loin le MPF. Mais le ministère espéré est à ce prix.

  

Pascal Gannat Président du groupe

Front National-Rassemblement Bleu Marine

Conseil Régional Pays de la Loire

Réaction sur l'intrusion d'une bande de jeunes armés dans un lycée à Nantes


01/03/2016